Blog

Dyslexie : exemple d'erreurs en lecture et difficultés scolaires

Dans cet article

Partager
Partager l'URL
https://www.poppins.io/blog/dyslexie-exemple-erreurs-lecture-difficultes-scolaires

Dyslexie : exemple d'erreurs en lecture et difficultés scolaires

Temps de lecture : 0 mn

Dyslexie : exemple d'erreurs en lecture et difficultés scolaires

Votre enfant souffre de dyslexie ? Voici des exemples d'erreurs possibles et des pistes pour l'aider à progresser en lecture.

La lecture en cas de dyslexie : exemples et remédiations possibles

Bien que la dyslexie soit le trouble des apprentissages le plus connu, elle suscite de nombreuses interrogations. Comment lit un dyslexique ? Que voit-il exactement ? Les réponses doivent être nuancées selon le type de dyslexie concerné. Poppins vous présente ici des exemples d'erreurs possibles et des conseils pour aider les enfants dys à progresser en lecture. Un diagnostic précoce est une étape essentielle pour bien les accompagner.

Quels sont les types de dyslexie ?

La dyslexie est un trouble spécifique des apprentissages qui touche le langage écrit. Selon les chiffres du ministère de la Santé, la dyslexie concerne au minimum 3 à 5 % des jeunes, avec une prédominance masculine : deux garçons atteints pour une fille.

Les enfants dyslexiques ont principalement des difficultés en lecture, mais les manifestations du troubles ne sont pas similaires pour tous. En effet, les chercheurs et les professionnels de santé distinguent trois types de dyslexie. Pour aider l'enfant et lui proposer une prise en charge adaptée, il est important de savoir reconnaître la nature de la dyslexie dont il souffre.

Dyslexie phonologique ou dysphonétique

Cette forme de dyslexie touche la voie d'assemblage ou voie indirecte : le lecteur a des difficultés à reconnaître les lettres (graphèmes) pour les associer à des sons (phonèmes) afin de former des syllabes puis des mots. Plusieurs signes peuvent être repérés :

  • L'apprenti lecteur ne fait pas le lien entre le signe écrit (graphème) et le son qu'il symbolise (phonème).
  • Il a du mal à différencier des sons proches (b/p, d/t, f/v).
  • Il confond visuellement des lettres qui se ressemblent (b/d, p/q, m/n).
  • Il inverse l'ordre des lettres dans les syllabes (on = no, ion = oin, par = pra).
  • Il peut ajouter ou omettre des lettres ou des syllabes dans les mots.

Pour compenser, l'élève utilise une stratégie qui s'avère souvent inefficace : il priorise la reconnaissance globale en s'appuyant sur la forme du mot à l'écrit ou en le devinant à partir des premières lettres.

Dyslexie lexicale ou dyséidétique

Également appelée dyslexie de surface, ce trouble nuit à la reconnaissance globale des mots par la voie d'adressage, qui est la voie directe de lecture, privilégiée par les lecteurs experts.

Dès les premiers mois d'apprentissage, les élèves réussissent à identifier visuellement certains mots, sans avoir à les déchiffrer. C'est le cas, notamment, des mots-outils (il, elle, et, avec...). En cas de dyslexie lexicale, le jeune lecteur peine à reconnaître automatiquement les mots qu'il devrait déjà connaître ou qu'il vient de rencontrer dans le texte (par exemple, le nom du personnage principal). Il ne mémorise pas la manière de prononcer un mot, ce qui l'oblige à le relire syllabe par syllabe à chaque fois qu'il le voit.

Ce passage permanent par le déchiffrage syllabique conduit à une lecture laborieuse et lente, rendant difficile l'accès à la compréhension des phrases.

Dyslexie mixte

La dyslexie mixte combine les deux autres formes : le lecteur est handicapé à la fois sur la voie phonologique et sur la voie lexicale. Ce type de dyslexie représenterait 20 % des cas rencontrés. Elle est extrêmement invalidante :

  • L'apprenti lecteur a des difficultés pour déchiffrer les mots syllabe par syllabe.
  • La reconnaissance globale est également déficiente.
  • La lecture est lente, ce qui nuit à l'accès au sens.
  • L'enfant a un faible stock de mots dans son lexique interne.
  • Enfin, ce trouble mixte impacte la mémoire visuelle et la mémoire auditive.

Comment un dyslexique voit un texte ?

En tant que parent, vous aimeriez pouvoir vous glisser dans la tête de votre enfant dyslexique pour mieux comprendre son trouble. Comment voit-il le texte qu'il a sous les yeux ? Pourquoi ne réussit-il pas à déchiffrer des mots qui vous paraissent faciles ?

Ce que voit une personne dyslexique

Pour répondre à ces questions, voici quelques indications sur ce que voit une personne dyslexique :

  • Les caractères semblent écrits à l'envers (p/q, b/d, n/u, m/w...).
  • Il est impossible de distinguer des lettres proches (c, e, o, par exemple, ou g, q, p).
  • Le texte est en mouvement, les mots semblent danser sur la page.
  • Les espaces disparaissent ou se déplacent, donc les lignes deviennent un bloc compact ou un ensemble de lettres posées au hasard, qui ne forment pas des mots connus.
  • Des illusions d'optique peuvent apparaître avec des lignes floues, des déformations, des confusions, car le cerveau ne perçoit pas la forme réelle présente sur le papier ou sur l'écran.
  • L'enfant ne parvient pas à associer une lettre ou une syllabe avec un son, donc il confond des mots proches.

Face à ces difficultés, un élève dys doit se concentrer intensément pour lire, ce qui entraîne des maux de tête et beaucoup de fatigue.

Dyslexie : exemple de texte

Pour vous mettre dans la tête d'un lecteur dys, voici un texte proposé par l'Agefiph :

« Monsieur etma damare novon deupari achameau nit. Ladisten cet deux 600 Km lavoix tureconsso me 10 litr rausan quil aumaître. Qu’est lese râleur con soma cionto tale ? »

Quelle est la réponse ?

Par ailleurs, des chercheurs et des internautes ont essayé de simuler par ordinateur ce que voit un dyslexique, comme dans cette vidéo proposée par les concepteurs du logiciel Ector : Simulateur de dyslexie

Pour en savoir plus sur ce logiciel adapté aux personnes dys, vous pouvez lire notre article consacré aux meilleurs outils pour la dyslexie en 2024 (maillage interne).

Comment repérer les enfants dys ?

Le diagnostic précoce de la dyslexie permet d'accompagner les apprentis lecteurs dans leurs progrès, afin de limiter la souffrance et le retard scolaire. En classe, chaque difficulté de lecture doit être prise en considération. Heureusement, elles ne relèvent pas toutes d'un trouble des apprentissages.

Dans un premier temps, l'enseignant instaure des modalités de différenciation pédagogique comme le travail en petits groupes, l'impression de documents adaptés ou la mise à disposition d'outils complémentaires (tableaux de sons, alphabet spécifique tel que le propose la méthode des Alphas, utilisation de gestes pour apprendre plus facilement les sons...).

Si les difficultés persistent, le maître ou la maîtresse alerte les parents et leur conseille de consulter un professionnel de santé. Le diagnostic est posé à partir des résultats du bilan orthophonique. Des tests complémentaires peuvent vous être demandés : ils permettent d'écarter d'autres causes possibles aux difficultés détectées.

Après le diagnostic, la prise en charge s'appuie sur deux axes principaux :

  • la rééducation chez un orthophoniste ;
  • les aménagements en milieu scolaire.

Parfois, l'intervention d'autres professionnels de santé est recommandée (orthoptiste, pédopsychiatre...).

Comment adapter un texte pour un élève dys ?

Comme tous les apprentis lecteurs, les enfants dys doivent lire pour progresser. Mais comment faire quand la lecture représente une montagne infranchissable ? À la maison, vous pouvez instaurer un rituel convivial :

  • Laissez votre fille ou votre fils choisir le livre qu'il veut découvrir avec vous.
  • Installez-vous confortablement côte à côte.
  • Demandez-lui de déchiffrer les premiers mots puis poursuivez la fin de la phrase dès que vous percevez de la fatigue.
  • Lisez à voix haute et arrêtez-vous sur certains mots qu'il doit déchiffrer tout seul.
  • Proposez-lui aussi de lire dans sa tête et de vous raconter ce qu'il a compris.

Pour que ce moment partagé soit le plus agréable possible, vous devez lui procurer des histoires faciles à lire, adaptées à son niveau et à son handicap. Pour cela, il existe des collections de livres jeunesse « spécial Dys » que nous vous présentons dans notre document à télécharger (maillage interne).

Si le document est fourni par l'école, vous pouvez l'adapter vous-même en utilisant des polices de caractères spécifiques et/ou en ajoutant des couleurs à l'aide de logiciels comme LireCouleur.

Vous trouverez de plus amples informations sur ce sujet dans notre article : Les meilleures polices à utiliser pour les dyslexiques.

En bref

La dyslexie entraîne des modifications visuelles des textes à lire : mots qui dansent, inversion de syllabes, segmentation incohérente… Ces changements compliquent fortement la lecture : une personne dyslexique doit se concentrer sur chaque caractère, ce qui entraîne une grande fatigue visuelle et générale. Pour aider les apprentis lecteurs, il faut être attentif à leurs difficultés et leur proposer des modalités de travail adaptées. Quand le diagnostic est posé, une prise en charge par un orthophoniste et des aménagements scolaires soulagent l'enfant dys. La présence bienveillante de ses parents et un soutien constant à la maison sont aussi des atouts indispensables pour son bien-être et ses progrès.

Poppins est une application conçue spécifiquement pour les enfants dys. Elle propose chaque jour une séance de jeu sérieux pour stimuler le cerveau et renforcer les compétences, en complément de la rééducation orthophonique.